Lutte contre les moustiques !

Le moustique tigre, espèce particulièrement agressive envers l’homme pendant la journée et potentiellement vectrice de maladies, réapparait dans nos villes depuis le mois de mai. Pour limiter au maximum les risques d’infection et les nuisances occasionnées par ce moustique, il est essentiel de lutter contre sa prolifération.

Le Conseil Municipal prend ce sujet très au sérieux et la mobilisation collective est primordiale. Chacun, en modifiant son comportement et en adoptant des gestes simples, peut participer à cette lutte.

Des gestes simples pour éviter sa prolifération et se protéger

Coupez l’eau aux moustiques !

Chaque femelle moustique tigre pond environ 200 œufs. Au contact de l’eau, ils donnent des larves. C’est là qu’il faut agir.

Pour savoir comment faire, téléchargez la check list des bons gestes pour détruire les gites larvaires.

  • Contrôlez les récupérateurs d’eau de pluie : la saison dernière, en Gironde, plus de 50% des gîtes larvaires découverts logeaient dans un récupérateur d’eau.A savoir : même un récupérateur d’eau de pluie est fermé d’un couvercle, le moustique peut entrer et ressortir par la gouttière ! Les solutions : tendre une moustiquaire ou un tissu entre la sortie de la gouttière et la surface de l’eau,  vérifier et supprimer toutes les semaines les larves installées ou vider l’eau.
  • Éliminer les endroits où l’eau peut stagner, à l’intérieur comme à l’extérieur : coupelles des pots de fleurs, bâches, pneus usagés, encombrants, jeux d’enfants… Pensez aussi à entretenir les sépultures dans les cimetières, lieux propices au développement des moustiques.A savoir : Vous pouvez mettre du sable dans les soucoupes de pots de fleurs pour absorber l’humidité.
  • Vérifier le bon écoulement des eaux de pluie et notamment les regards où de l’eau peut stagner.
  • Couvrir les réservoirs d’eau (bidons d’eau, citernes, bassins…) avec un voile ou un simple tissu ainsi que les piscines hors d’usage

Évitez les piqûres

  • Appliquez sur la peau des produits anti-moustiques surtout en journée. Demandez conseil à votre pharmacien ou médecin.
  • Portez des vêtements couvrants et amples.

Participez à la surveillance du moustique tigre

Sachez reconnaître le moustique tigre

  • C’est un moustique : il a donc deux ailes, une paire d’antennes longues et une trompe dans le prolongement de la tête.
  • Il a des rayures noires et blanches (pas de jaune), sur le corps et les pattes,
  • Il est très petit, environ 5mm,
  • Il est source de nuisance et pique le jour. Sa piqûre est douloureuse.

Signalez sa présence

La commune du Taillan finance à hauteur de 13 000€/an le centre de démoustication de Bordeaux Métropole, spécialisé dans la lutte contre les moustiques. Les agents interviennent sur les espaces publics. Chez les particuliers, à leur demande, l’action consiste principalement à rechercher les gites larvaires potentiels et conseiller sur les mesures à prendre.
Rendez-vous sur le formulaire de signalement mis à votre disposition par Bordeaux Métropole : formulaire.bordeaux-metropole.fr/moustique, idéalement en y joignant une photo.
L’ensemble de la population peut participer à la surveillance du moustique tigre afin de mieux connaître sa répartition. Il s’agit d’une action citoyenne permettant ainsi de compléter les actions mises en place.

Les Fausses bonnes idées

Fausse bonne idée n°1 !

« J’ai, dans mon jardin des buissons infestés de moustiques, je suis sûr qu’il y a plein de larves, je ferais mieux de les couper !… »

FAUX !! Les buissons ne sont que des « zones de repos » des moustiques tigres. Comme nous, ils apprécient leur fraîcheur. Les couper ne ferait pas disparaître le moustique qui continuera à se reproduire dans le moindre petit contenant d’eau stagnante. Pour faire la chasse aux moustiques tigres, une seule solution : découvrir les endroits où il pond ses larves et les supprimer.

Fausse bonne idée n°2 !

« On n’en peut plus de tous ces moustiques, une bonne opération de démoustication règlerait notre problème ! »

FAUX !! Une opération de démoustication tuerait les moustiques qui volent à un instant T, mais le répit ne sera que de quelques jours : de nouveaux moustiques naîtront des larves, à l’abri dans leurs réserves d’eaux stagnantes. Le problème ne peut se régler qu’à la source : supprimer ou vider régulièrement les potentiels lieux de ponte des moustiques !  

Les opérations de démoustication ne sont engagées que lorsqu’il existe un risque sanitaire de contamination : si une personne revient en métropole avec un virus transmissible par le moustique tigre (Dengue, Chikungunia, ou Zika), sa zone d’habitation sera traitée pour éviter que le virus soit transmis.

 

Checklist_moustiques